Recherche

Mot-cl sur le site

Avec Google

Google :
Exhorter
<< Knose Millnarisme (sur le prsent site) >>

Accommodation, Accommodatice (Sens)
Imprimer Imprimer
> Envoyer cette page

 

On trouve, dans l'oeuvre de Saint Bernard de Clairvaux, une justification emphatique de lusage que fait lEglise du sens accommodatice :

 

 L'Eglise que son poux et son Dieu assiste de ses conseils et de son esprit plonge l'il de sa contemplation jusqu'au plus profond abme des secrets de Dieu... Aussi, quand il lui arrive de changer de place ou de sens, les paroles de la sainte Ecriture, l'emploi qu'elle en fait est prfrable au sens et l'ordre primitif du texte sacr; peut-tre mme est-il permis de dire que son sens l'emporte sur le sens littral, autant que la vrit l'emporte sur les figures, la lumire sur l'ombre, la matresse sur la servante. 

 

Lditeur lui-mme croit utile de lassortir de la remarque suivante :

 

 Telle tait l'estime de saint Bernard pour les dcisions de l'Eglise catholique qu'il accordait sa manire d'entendre le sens accommodatice des saintes Ecritures, une autorit que 1'Eglise elle-mme est loin d'exiger qu'on y attache. 

 

-------------------

 

Conception plus modre, dans louvrage monumental du R.P. Dom Prosper Guranger, Abb de Solesmes, intitul Institutions Liturgiques, (2me dition, T. III, "Lettre Monseigneur lArchevque de Rheims", Paris, Bruxelles, 1878).

 

Le savant moine polmique avec ceux qui, dans le but de se prvaloir de ce constat pour justifier leurs innovations liturgiques, affirment  la Liturgie romaine elle-mme, en plus d'un endroit, emploie l'criture sainte en des sens accommodatices qui ne sont videmment que dans les mots et nullement dans l'intention de l'crivain sacr.  (pp. 464-465)

 

Lauteur rplique :  Toute lautorit qui fait de la Liturgie une des sources de la foi, vient donc de l'glise, soit que cette glise s'exprime dans des formules qui lui appartiennent en propre, soit qu'elle choisisse dans les critures, au sens littral, au sens mystique dont elle a la clef, ou enfin au sens accommodatice qui ne peut jamais devenir tmraire entre ses mains, la matire de ses chants et de ses prires.  (p. 467).

 

-----------------------

  

La Bulle dogmatique, Munificentissimus Deus, de Pie XII (1er novembre 1950), par laquelle il est dfini, comme dogme de foi, que la Vierge Marie a t leve, en me et en corps, dans la gloire cleste, se prvaut expressment, entre autres prcdents, de ce sens accommodatice pour formuler ce nouveau dogme, en ces termes :

 

"Le Docteur Sraphique, entre beaucoup d'autres, se dclare dans le mme sens [ savoir, que le corps de Marie a t lev au ciel avec son me]. Pour lui, il est tout fait certain que Dieu, de la mme faon qu'il a gard Marie, la trs Sainte, exempte de la violation de son intgrit virginale et de sa puret virginale, soit quand elle a conu, soit quand elle enfanta, ainsi Dieu n'a permis en aucune faon que son corps ft rduit la corruption ou rduit en cendres (Cf. S. BONAVENTURE, De Nativitate B. Mariae Virginis, sermon V). En interprtant ces paroles de la Sainte criture et les appliquant dans un certain sens accommodatice la Bienheureuse Vierge : Quae est ista, quae ascendit de deserto, deliciis affluens, innixa super dilectum suum : Quelle est celle-ci qui monte du dsert, pleine de dlices, appuye sur son bien-aim ? (Cant. 8, 5), il raisonne ainsi : De l encore il rsulte qu'elle s'y trouve en corps... Car, en effet... sa batitude ne serait pas consomme si elle ne s'y trouvait pas en personne et, comme l'me n'est pas la personne, mais c'est l'union (du corps et de l'me qui la constitue), il est vident que, en tant que suivant cette union, c'est--dire en son corps et en son me, elle s'y trouve : sans quoi elle n'aurait pas la jouissance batifique acheve.  (S. BONAVENTURE, De Assumptione B. Mariae Virginis, sermon I) ".

 

-----------------------

 

Il est intressant de trouver dans un ouvrage aussi traditionnel que La vocation sacerdotale. Trait thorique et pratique, du Chanoine J. Lahitton, Docteur en Thologie et Professeur de Dogme, (Beauchesne, 5me dition, Paris, 1922) laffirmation suivante, qui met les choses au point :

 

 Les applications accommodatices si naturelles qu'elles puissent paratre, ne doivent donc jamais nous faire oublier que le sens accommodatice n'a aucune valeur divine, scripturaire; surtout, elles ne doivent jamais supplanter dans notre esprit le sens littral. Ce serait substituer une affirmation humaine une affirmation divine. 

 

-----------------------

 

Enfin on trouve une allusion plus critique au sens accommodatice, dans le compte-rendu dune runion, en date du 21 novembre 2003, de lUnit Rhtorique et Ancien Rgime, consacr un sermon du Pre Jean Le Jeune, oratorien surnomm le Missionnaire aveugle, prononc  pour le jeudy de la cinquime semaine de Carme  et intitul  De la Luxure  (sermon XLVI, dans Sermons pour tous les jours du caresme prechez par 10 tomes. Toulouse, Jean Boud, 1689).

 

 Tout le sermon, dit De la luxure , est orient vers la glorification de la virginit partir de lopposition vierge / pcheresse. Cela peut sexpliquer par le recours au sens accommodatice (G. Sicard-Arpin), manire catholique daccommoder la Bible : le texte biblique ne fait pas lobjet dune explication qui se veut exhaustive (comme par ex. dans les sermons protestants, parfois centrs sur lanalyse dun seul verset), il sert de point de dpart lvocation dautres sujets. 



07-05-2006 | Commentaires (0) | Public
voirAjoutez votre commentaire

Identification
Pseudo
 
Mot de passe

Mot de passe oublié ?
S'inscrire à ce site
tudier
Calendrier
<< fvrier 2019 >>
dim lun mar mer jeu ven sam
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28