Recherche

Mot-clé sur le site

Avec Google

Google :
Exhorter
<< L'église Presbytérienne déshonore le... Mgr Sabbah s'identifie au prophète qui... >>

Une Église protestante : cessons d'investir en Israël, E. Greenberg
Imprimer Imprimer
> Envoyer cette page


Le Vatican, quant à lui, met en pièces l’antisémitisme.

Depuis l'assimilation du sionisme au racisme, par l'ONU - décision qui fut finalement abolie -, et depuis l'orgie de haine de Durban, on n'avait rien vu de tel. Honte à cette Église : en rejoignant ainsi la meute de ceux qui se dressent contre l'État d'Israël, elle a déjà apostasié ! Elle sera sans doute au nombre de ces "nations en tumulte", dont le Psaume 2 prophétise la ruée finale contre Israël et que « le Seigneur anéantira du souffle de Sa bouche… »Menahem Macina.

16 juillet 2004

Traduction française : Menahem Macina, pour upjf.org
Original anglais : forward.com/main/article.php?ref=greenberg200407141104


Victoire sans précédent pour les activistes pro-Palestiniens : les dirigeants de la plus grande confession de foi presbytérienne ont officiellement assimilé l'État juif à l’État ségrégationniste d’Afrique du Sud et ont voté pour la cessation des investissements en Israël.

Avec cette décision, approuvée par un vote de 431 voix contre 62, lors de la 216e assemblée générale annuelle de l'Église presbytérienne des États-Unis, cette Église, qui revendique près de 3 millions de membres, est considérée comme la plus grande organisation ou institution à se joindre à la campagne naissante de boycott des investissements en Israël. Selon Sœur Patricia Wolfe, directrice du Interfaith Center for Corporate Responsability (Centre interconfessionnel pour une éthique d’entreprise, ICCR), association qui regroupe 275 communautés de foi chrétiennes, c'est la première confession de foi chrétienne à agir de la sorte.

« Cela permet maintenant de soulever la question », a ajouté Wolfe, « et cela amènera l’ICCR à en discuter. »

En 2001 la valeur cumulée du capital et du fonds de pensions de cette église était estimée à 7 milliards de dollars.

Les dirigeants de l'Église presbytérienne des États-Unis, une des principales Églises protestantes, ont approuvé plusieurs autres résolutions anti-israéliennes, au cours de leur rassemblement à Richmond, en Virginie, et ont également refusé de cesser de financer "les congrégations messianiques" qui cherchent à convertir des juifs.

Les résolutions des Presbytériens interviennent juste au moment où des organisations juives applaudissaient les résultats d'une rencontre internationale interreligieuse historique, qui a eu lieu à Buenos Aires, la semaine dernière, et au cours de laquelle, pour la première fois, de hauts dirigeants catholiques ont ratifié un document assimilant l’antisionisme à l'antisémitisme.

Cette déclaration, signée conjointement par les dirigeants de communautés juives, appelle à un « rejet total de l'antisémitisme, sous toutes ses formes, y compris l’antisionisme, qui constitue la manifestation la plus récente d’antisémitisme. » La déclaration flétrit également le terrorisme, l’appelant péché contre l’homme et contre Dieu, et déclarant que « la terreur, sous toutes ses formes, et le meurtre "au nom de Dieu" ne peuvent jamais se justifier. »

« Tandis que les catholiques flétrissent l'antisémitisme, quelle qu’en soit la forme, tout se passe comme si les Presbytériens prétendaient qu’il n'existe pas », a fait remarquer Rabbi Gary Bretton-Granatoor, directeur des affaires interreligieuses de l’Anti-Defamation League [ADL] qui a collaboré à la rédaction du document de Buenos Aires.

Le document a été signé par les membres de la Commission du Vatican pour les relations religieuses avec les juifs, et par le Comité Juif International pour les Consultations Interreligieuses (IJCIC), une union comprenant l'ADL, le Congrès Juif Mondial, le Comité Juif Américain, et des représentants des Mouvements Orthodoxes, Conservateurs et du Judaïsme Réformé. Il constitue la première reconnaissance, par l’Église catholique, lors d'une rencontre interconfessionnelle, de l’équivalence de l’antisionisme et de l’antisémitisme, que le pape Jean-Paul II a défini comme étant un péché.

« Avec l'imprimatur du Vatican, l’Église catholique reconnaît que l’antisionisme constitue une attaque non seulement contre des Juifs, mais contre le peuple juif dans son entier », a affirmé Elan Steinberg, vice-président exécutif du Congrès Juif Mondial.

« Je crois que c’est important pour les relations entre Catholiques et Juifs, parce que cela rend plus profond l'engagement ferme du Vatican à l’égard de l'État d'Israël en tant qu’entité politique », a fait remarquer le père John Pawlikowski, directeur du Programme d’études Catholiques et Juives à l'Union Catholique Théologique de Chicago, qui a également collaboré à la rédaction du document.

Les dirigeants juifs et catholiques se sont engagés à faire connaître largement cette déclaration et à travailler ensemble pour la justice et la charité, qui étaient les thèmes de la rencontre. Des questions théologiques et des préoccupations relatives aux droits de l'homme ont également fait l’objet de débats, et des participants ont proposé une célébration commune l'année prochaine, lors de la commémoration du quarantième anniversaire du Concile Vatican II.

Le ton était entièrement différent à Richmond, où les dirigeants Presbytériens ont adopté plusieurs résolutions extrêmement critiques à propos d'Israël. Les dirigeants d'organisations juives ont été particulièrement irrités de la mesure de cessation des investissements.

« Cette politique nationale est très, très inquiétante », a dit Rabbi Gil Rosenthal, directeur exécutif du Conseil National des Synagogues, dans une interview accordée à Forward. Rosenthal, qui a fait remarquer qu’il était le premier rabbin jamais invité à une Assemblée générale, a ajouté : « Je suis consterné face à une attitude aussi partiale. »

Rabbi Lennard Thal, vice-président de l'Union pour le Judaïsme Réformé, qui a récemment inauguré un dialogue interconfessionnel national avec les Presbytériens ainsi qu’avec d'autres représentants protestants, a déclaré qu'il avait été très déçu, qualifiant les résolutions de "maladroites".

James Rudin, conseiller spécialisé dans les questions interconfessionnelles au Comité Juif Américain, a appelé les actes des Presbytériens "un désastre catastrophique".

Les dirigeants de l’ADL ont fustigé ces résolutions dans une lettre adressée, mardi, au dirigeant presbytérien, le Révérend Dr. Clifton Kirkpatrick.

« Affirmer qu'il y a une équivalence morale entre la politique raciste d’apartheid et les efforts pour protéger l'ensemble des citoyens d'Israël est inconcevable », a écrit Bretton-Granatoor et le directeur national Abraham Foxman. « Les actes récents… remettent en cause les efforts du dialogue interconfessionnel entre les Presbytériens et les Juifs. »

Mais Jay Rock, directeur pour les relations interconfessionnelles du Conseil National des Églises du Christ aux États-Unis, a affirmé à Forward que les relations entre Juifs et Presbytériens "étaient excellentes". Le seul problème, a-t-il dit est une « une opinion violemment différente sur la manière de s’y prendre pour résoudre la situation israélo-palestinienne. J’estime qu'il y a aveuglement des deux côtés du désaccord. Je pense qu'il y a de la vérité des deux côtés. »

L'assemblée a pris les dispositions pour que l'église cesse d’investir dans des compagnies dont les bénéfices annuels provenant d’investissements en Israël sont d’un million de dollars ou plus, ou qui ont investi un million de dollars ou plus en Israël.

Dans un communiqué de presse, ont été rapportés des propos attribués à l’intermédiaire de l’Église presbytérienne des États-Unis pour le Moyen-Orient, le Révérend Victor Makari, selon lesquels : « Puisque rien d’autre ne semble avoir changé la politique d'Israël envers les Palestiniens, nous devons envoyer un message clair et fort. » Le communiqué de l’Église a fait remarquer que « la cessation d’investissements est une des stratégies que les Églises des États-Unis ont utilisées, dans les années 70 et 80, au cours d’une campagne couronnée de succès, pour mettre fin à la ségrégation en Afrique du Sud. »

En plus des résolutions ayant trait à Israël, les participants à l'assemblée ont adopté, par 260 voix contre 233, le rejet d’une proposition de cesser le financement futur des congrégations messianiques. Le vote est intervenu suite à un débat qui avait éclaté, l’année dernière, à propos de révélations selon lesquelles l'église avait financé une congrégation messianique de Philadelphie, accusée d'utiliser des manoeuvres trompeuses pour attirer des Juifs [à la foi chrétienne].

Le Révérend Dr William Harter, qui a combattu pour la suspension du financement a fait remarquer que la marge étroite de "27 voix" était beaucoup plus faible que prévu, et pourrait être considérée comme une victoire pour de meilleures relations interconfessionnelles. Il a affirmé que l'approbation d'une motion relative à ce dossier, appelant à l’étude et au réexamen du rapport entre Presbytériens et Juifs au cours des deux années à venir, indique que l'église Presbytérienne « reconnaît que nous devons avoir des échanges plus approfondis, dialoguer et étudier notre relation avec le peuple juif. »

Harter a également affirmé que les résolutions "partiales" de l'assemblée concernant Israël doivent être comprises dans leur contexte, et il a cité des résolutions précédentes affirmant le droit d'Israël à l'existence et à la sécurité. Et tout en concédant qu'Israël et les Juifs "avaient pris un coup", cette année, à l'assemblée, il a affirmé que les relations sur le terrain et au plan local entre Juifs et Presbytériens "restent fortes et positives".

Et Harter d'ajouter que si elle veut rester crédible, l'Église presbytérienne des États-Unis devra, à l'avenir, approuver des résolutions contre les persécutions des chrétiens dans les pays arabes, en particulier dans les régions sous la tutelle de l'Autorité palestinienne.

Eric J. Greenberg

© Forward, pour le texte original en anglais, et upjf.org, pour la version française.

Mis en ligne le 16 juillet 2004 sur le site www.upjf.org.


29-08-2009 | Commentaires (0) | Public
voirAjoutez votre commentaire

Identification
Pseudo
 
Mot de passe

Mot de passe oublié ?
S'inscrire à ce site
Étudier
Calendrier
<< février 2019 >>
dim lun mar mer jeu ven sam
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28