Recherche

Mot-clé sur le site

Avec Google

Google :
Exhorter
<< Approche historique du rapport entre...  

Recueil de textes sur la relation des Églises protestantes avec le Judaïsme
Imprimer Imprimer
> Envoyer cette page

Communion d’Églises Protestantes en Europe (CEPE)
– Communion Ecclésiale de Leuenberg –

Un recueil de textes sur la relation des Églises protestantes avec le Judaïsme

Février 2009

 

Transcription du document pdf du CEP


Ces dernières semaines, déclenchée par des événements dans l
Église catholique romaine, il y a eu une très large discussion sur la relation de lÉglise au judaïsme et la part de responsabilité qui revient au christianisme dans la Shoah, lassassinat de millions de juifs européens. Les Églises chrétiennes ont redéfini leur attitude vis-à-vis du peuple dIsraël après 1945. La Communion dÉglises Protestantes en Europe – Communion Ecclésiale de Leuenberg – a fait des déclarations majeures sur ces questions, à la fois dans son document fondateur et dans deux autres, auxquelles ses membres ont unanimement adhéré. Nous avons ici réuni les deux plus importantes. Ce qui devrait rendre claire la position de nos Églises. Précisément parce quil existe encore des tendances à « loubli dIsraël » ainsi que de lantisémitisme dans les Églises protestantes, il conviendrait détudier les documents et mettre en œuvre leurs recommandations. « Dans la lutte contre toutes les formes de discrimination, de racisme et dantisémitisme, lÉglise sait quelle se tient aux côtés dIsraël » (Église et Israël I, 1, 1, 2).

 

Concorde de Leuenberg (1973)

 

7. L'Evangile proclame Jésus-Christ, le salut du monde, accomplissement de la promesse faite au peuple de l'ancienne Alliance.

 

« L’Église de Jésus-Christ » (1994)

 

I.3.1 Lélection comme fondement de la finalité de lÉglise - lÉglise comme peuple de Dieu

« En Christ, Dieu nous a choisis avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables sous son regard » (Ep 1, 3-6.9-11; 3, 11. avec 1 Co 2, 7; Col 1, 12-17 ; He 1, 1s. et Jn 1, 1 ss.). Cette élection fonde aussi la finalité de lÉglise dêtre lumière du monde, de « proclamer les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière » (1 P 2, 9) afin que « désormais les autorités et les pouvoirs... connaissent, grâce à lÉglise la sagesse multiple de Dieu » (Ep 3, 10).

Lélection de lÉglise est étroitement liée à lélection dIsraël comme peuple de Dieu (Ex 19, 5 ss.. ; 1 R 8, 53 ; Ps 77, 16.21 ; Is 62, 12). Dieu a appelé Israël à la foi (Is 7, 9; Rm 4, 13 ss.) et lui a montré par sa promesse le chemin de la vie (Ex 20, 1-17; Dt 30, 15-20) et la ainsi destiné à être la lumière des nations (Is 42, 6). Cette promesse à Israël demeure, elle nest pas devenue caduque par lévénement Christ, car Dieu est fidèle (Rm 11, 2. 29).

LÉglise est le peuple de Dieu comme communauté de croyants appelés par Christ dentre les juifs et dentre les peuples (Rm 9, 24). La foi vient de la Parole de Dieu qui place tous, les païens comme les juifs, sous le jugement de Dieu (Rm 3, 9), les appelle à la repentance et leur confère la grâce (Rm 3, 28 ss.). Les chrétiens croient que la finalité de lÉglise révélée en Christ sera accomplie de telle manière quavec la multitude des païens « tout Israël » sera sauvé (Rm 11, 25 ss.).


II.3.1 Le dialogue avec le judaïsme

Pour les Églises issues de la Réforme, être Église exige, au nom dune priorité bibliquement fondée, une analyse critique de leur relation au judaïsme. Ce dialogue avec le judaïsme est indispensable pour les Églises. Durant des siècles les juifs ont été persécutés et confrontés à des pogromes. Lantijudaïsme des Églises a largement servi à fonder la persécution du peuple juif dans loccident chrétien. La persécution et lélimination massive des juifs par le national-socialisme ont été accompagnées par des manquements dramatiques de la part des Églises allemandes qui ne se sont pas opposées à temps et efficacement aux menaces qui pesaient sur les juifs. La confrontation avec lhistoire douloureuse et pesante du rapport entre juifs et chrétiens est aujourdhui comprise par toutes les Églises comme étant une tâche essentielle.

Lorsque on abuse de lEvangile de la grâce de Dieu en Jésus-Christ pour fonder le « rejet » des juifs et justifier lindifférence face à leur destin, lEvangile est remis en cause en tant que fondement de lexistence de lÉglise. La relation à Israël est pour les chrétiens et les Églises une partie intégrante du fondement de leur foi.

Lexistence du judaïsme est pour les Églises un signe de la fidélité de Dieu qui tient ses promesses. Malgré ses nombreux manquements en particulier dans sa relation aux juifs, lÉglise est, elle aussi, dépendante de ces promesses. Dans la rencontre du témoignage de vie de lautre, les juifs et les chrétiens découvrent les points communs et les différences dans la foi et la vie de lÉglise et de la synagogue. Le dialogue entre juifs et chrétiens vit du fait que les deux ne cachent pas le témoignage de la vérité vécue de leur foi, mais lintègrent dans le dialogue en sefforçant de se comprendre mutuellement. ...


« Église et Israël » (2001)

I.4.8 Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y a eu dans plusieurs pays européens des attentats antisémites et jusquà aujourdhui il existe dans de nombreux pays un antisémitisme ouvert ou latent qui renaît sans cesse. A loccasion de la fondation du Conseil œcuménique des Églises, en 1948 à Amsterdam, les participants ont adopté une déclaration contre le racisme et ont ainsi renié toute forme dantisémitisme. Depuis les années 60, les théologiens et les Églises sont de plus en plus disposés à rechercher le dialogue avec les Juifs. Cette attitude tient compte du fait quau sein du judaïsme il existe une forte réserve ou même un genre de refus de ce dialogue. La théologie chrétienne sefforce de plus en plus de combattre clairement toute forme dantisémitisme, et de prendre en considération la réflexion sur la relation de lÉglise au peuple dIsraël comme un devoir théologique.

I.4.9 Ce retour sur lhistoire de lÉglise et particulièrement sur lhistoire de la théologie chrétienne montre quil y eut des lacunes fondamentales dans la réflexion sur le judaïsme et sur la relation particulière entre lÉglise et Israël. Des lacunes dans la doctrine de lÉglise - dans le domaine de la compréhension de lEcriture, de la doctrine de Dieu, mais aussi de la christologie - ont également contribué pour une large part au fait que, dans de nombreuses Églises de la Réforme, il ny eut pas dopposition efficace aux crimes du national-socialisme. Au vu de ces expériences, et en dépit de la responsabilité particulière de lAllemagne, il appartient à toutes les Églises de redéfinir dune façon dogmatiquement réfléchie leur relation à Israël.

II.3.1 Ce qui a été dit précédemment a des conséquences sur la définition de la relation de lÉglise à Israël. Selon la compréhension quelle a delle-même, lÉglise est élue en toute liberté par le Dieu dIsraël. Elle se comprend comme la communauté créée par la foi en la révélation du Dieu dIsraël en Jésus-Christ. Elle perçoit Israël comme le peuple qui reconnaît Dieu et lhonore, dans la perspective de la révélation attestée dans ses Ecritures Saintes, sans quil confesse le Christ. En raison même de la révélation du Christ, on ne peut pas dire quIsraël doit être considéré uniquement comme le cadre historique, passé, de lévénement Christ et quil est désormais "dépassé". Au contraire, Israël est le point de référence constitutif et inchangé, en aucun cas dépassé, de la révélation de Dieu en Jésus de Nazareth qui est le Christ. Par la foi, nous savons que, dans lhistoire de Dieu avec sa création, depuis le commencement jusquà la fin des temps, le peuple dIsraël conserve sa place permanente.

II.3.2 La prédication chrétienne se déroule en public et sadresse à tous les humains. Elle retentit dans le contexte du dialogue avec les religions mondiales et dans le dialogue avec des représentations du monde non religieuses. Il va de soi que les chrétiens témoignent de leur foi en paroles et en actes vis-à-vis de ces différents groupes.

Il en va de même dans leurs rencontres avec des Juifs. Le témoignage commun rendu au Dieu dIsraël et la confession de foi dans lélection souveraine du Dieu unique constituent un argument de poids pour proscrire, de la part des Églises, toute forme dactivité dirigée de façon spécifique vers les Juifs pour les convertir au christianisme.

III.1.1.2 Dans le combat contre tous les phénomènes de discrimination, de racisme et dantisémitisme, lÉglise est aux côtés dIsraël. Les communautés chrétiennes gagnent en crédibilité lorsquelles sont prêtes, même au-delà de leur propre domaine, à sengager dans une responsabilité qui concerne la société. Elles encouragent une compréhension des notions dhumanité et de droits de lhomme conforme à la conception chrétienne de lêtre humain. Elles sefforcent de présenter lhistoire adéquation avec les événements, davoir une réflexion critique sur les questions actuelles concernant la xénophobie, le racisme et la relation aux autres cultures, religions et minorités ethniques. Le document „Église et Israël peut servir à la réflexion proposée aux communautés chrétiennes, à partir de leurs propres racines théologiques. Dans cette perspective, il constitue une base importante.

Dans leur vie quotidienne, les communautés connaissent des situations différentes, et en fonction de cela, elles cherchent des formes dengagement et de transmission qui sont différentes. Leffort qui a été fait dans de nombreuses communautés chrétiennes pour prendre à nouveau conscience de lhistoire des communautés juives qui vivaient depuis longtemps dans leur propre environnement a réveillé leur sensibilité pour le passé et le présent.

III.1.1.3 Pour des raisons historiques et théologiques, lÉglise est liée par la solidarité avec Israël. Ceci demeure valable même si les Églises prennent position de façon critique sur le conflit israélo-­arabe et sur des décisions politiques actuelles du gouvernement de lEtat dIsraël. Elles sopposent à toutes les tendances qui cherchent à diffamer le mouvement sioniste - qui a conduit à la fondation de lEtat dIsraël - en le qualifiant de raciste. Les Églises soutiennent tous les efforts de lEtat dIsraël et de ses voisins, en particulier du peuple palestinien, pour parvenir à une paix sûre, durable et juste dans le respect mutuel, et pour la sauvegarder. ...

1.2.4 Dans ce quelle annonce, lÉglise soppose à toute forme d« oubli dIsraël ». Elle prend au sérieux la portée de lunicité et du caractère incomparable de Dieu, soulignés par le judaïsme dune manière toute particulière. Lappel à la conversion à ce Dieu unique unit lÉglise et Israël. Ceci trouve en particulier son expression lorsque la prédication de lÉglise redit la miséricorde de Dieu attestée dans la Torah et dans les autres parties des Ecritures saintes dIsraël, qui sont lAncien Testament chrétien. LÉglise et Israël attestent de la même manière que cette miséricorde inclut la revendication de justice pour toute lhumanité, ainsi que le droit de la création à sa sauvegarde.


III.2 De la responsabilité commune des chrétiens et des Juifs

Ces dernières années, dans de nombreuses situations, chrétiens et Juifs ont combattu ensemble contre la discrimination, le racisme, lantisémitisme et la xénophobie. Dans ce domaine, ils se savent liés les uns aux autres. Dans le processus conciliaire, les thèmes de « Justice, paix et sauvegarde de la création » sont devenus particulièrement significatifs pour de nombreuses Églises. Ce sont des préoccupations et des espérances qui concernent à la fois les chrétiens et les Juifs sur la base de la tradition qui leur est propre. Ils peuvent agir côte à côte dans la lutte pour une application de plus en plus concrète des droits de lhomme au plan individuel et social. Ces dernières années, de nombreuses expériences ont été vécues en Europe sur le terrain de tels engagements communs. Ce sont des signes encourageants qui montrent que la culpabilité et les blessures qui ont été infligées ne doivent pas forcément avoir le dernier mot, mais quavec précaution - sans quil soit question doublier ni de refouler le passé - des pas peuvent être faits ensemble.


Conclusion


Les Églises de la Communion ecclésiale de Leuenberg reconnaissent et déplorent, eu égard à l
histoire de vingt siècles danimosité chrétienne vis-à-vis des Juifs, leur coresponsabilité et leur culpabilité à légard du peuple dIsraël. Les Églises reconnaissent leurs interprétations fautives de certaines affirmations et traditions bibliques. Devant Dieu et les hommes, elles confessent leur faute et implorent le pardon de Dieu. Elles se fient en lespérance que lEsprit de Dieu les conduit et les accompagne sur leur nouveau chemin.

Les Églises de la Communion ecclésiale de Leuenberg sont appelées à rechercher le dialogue avec les Juifs, partout où cela est possible, dans le lieu où elles se trouvent et dans leur situation particulière. Dans lécoute commune de lEcriture sainte dIsraël  – lAncien Testament chrétien –, il est possible de rechercher des voies en vue dune compréhension mutuelle.

La coexistence de lÉglise et dIsraël ne sera pas remplacée dans lhistoire par une "union" des deux (Rm 11,25-32). Le témoignage du Nouveau Testament enseigne que la connaissance et le discours théologiques ont des limites quil nest pas donné aux humains de franchir. LÉglise confesse, avec les mots de lapôtre Paul (Rm 11,33-36) :

« O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables et ses voies impénétrables ! Qui en effet a connu la pensée du Seigneur ? Ou bien qui a été son conseiller ? Ou encore, qui lui a donné le premier, pour devoir être payé en retour ? Car tout est de lui, et par lui, et pour lui. A lui la gloire éternellement ! Amen. »



02-04-2010 | Commentaires (0) | Public
voirAjoutez votre commentaire

Identification
Pseudo
 
Mot de passe

Mot de passe oublié ?
S'inscrire à ce site
Étudier
Calendrier
<< avril 2017 >>
dim lun mar mer jeu ven sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30