Recherche

Mot-clé sur le site

Avec Google

Google :
Exhorter
  Une oeuvre que vous ne croiriez pas si... >>

Toutes ces paroles t'atteindront
Imprimer Imprimer
> Envoyer cette page
1. La Bible abonde en annonces et descriptions du jugement divin. Nous les lisons parfois distraitement, en pensant qu'elles concernent le peuple juif du passé, ou les impies du futur eschatologique. Et nous n'entendons pas le Seigneur nous déclarer à nous qui vivons actuellement : Toutes les visions sont devenues pour vous comme les mots d'un livre scellé que l'on remet à quelqu'un qui sait lire en disant : Lis donc cela. Mais il répond : Je ne puis, car il est scellé. (Is 29, 11 [hébreu]).

2. Isaïe illustre, de manière prégnante, l'inexorable fécondité de la Parole divine : De même que la pluie et la neige descendent des cieux et n'y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l'avoir fécondée et l'avoir fait germer pour fournir la semence au semeur et le pain à manger, ainsi en est-il de la parole qui sort de ma bouche, elle ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j'ai voulu et réalisé l'objet de sa mission. (Is 55, 10-11 [hébreu]).

3. Ce texte prophétique fonde la croyance traditionnelle selon laquelle les paroles de Dieu, adressées initialement à une personne ou une collectivité précises, peuvent avoir une portée plus large, ou contenir, en germe les éléments d'un accomplissement plénier. L'Ecriture exprime cette mystérieuse extension de diverses manières, dont voici un exemple saisissant, en Isaïe : le SEIGNEUR a lancé une parole contre Jacob et elle est tombée sur Israël. (Is 9, 7 [hébreu]).

4. Elles nous ‘atteignent', ces paroles des prophètes : Qui a cru ce que nous entendions dire, et le bras du SEIGNEUR à qui s'est-il révélé? À qui dois-je parler, devant qui témoigner pour qu'ils écoutent? Voici que leur oreille est incirconcise, ils ne peuvent pas être attentifs. Voici que la parole du SEIGNEUR est pour eux cause de déshonneur, ils ne l'aiment pas. (Is 53, 1 [hébreu] ; Jr 6, 10 [hébreu]).

5. « Ce sont de simples fidèles, ils n'ont pas de culture religieuse! », dira-t-on, pour excuser les auditeurs. C'est ce que pensait Jérémie face aux incrédules de son temps : Ce ne sont que de pauvres gens, ils agissent follement parce qu'ils ne connaissent pas la voie du SEIGNEUR ni le droit de leur Dieu. Aussi se tourne-t-il vers l'élite : J'irai donc vers les grands et je leur parlerai, car ils connaissent, eux, la voie du SEIGNEUR et le droit de leur Dieu! Mais les gens honorables ne s'avèrent pas meilleurs : Or, eux aussi ont brisé le joug, rompu les liens! (Is 53, 1 [hébreu] ; Jr 5, 4-5 [hébreu]).

6. Les théologiens et les exégètes du temps des prophètes n'échappent pas non plus aux reproches divins : Ils ont abandonné la Loi que Dieu leur avait donnée, ils n'ont pas écouté Sa voix et ne l'ont pas suivie. Aimant la gloire des hommes plus que celle de Dieu, ils ont rejeté la Loi du SEIGNEUR, ils ont méprisé la parole du Saint d'Israël. (Jr 2, 8 [hébreu] ; Jr 9, 13 [hébreu]; Jn 12, 43; Is 5, 24 [hébreu]).

7. Pire, ils l'ont pervertie par leurs interprétations : Comment pouvez-vous dire : Nous sommes sages et la Loi du SEIGNEUR est avec nous! Vraiment c'est en mensonge que l'a changée la plume mensongère des scribes! C'est pourquoi ils s'attirent ce constat de faillite : Ils m'ont abandonné, moi la source d'eau vive pour se creuser des citernes, citernes fissurées qui ne tiennent pas l'eau. (Jr 8, 8 [hébreu]; Jr 2, 13 [hébreu]).

8. Les prêtres ne valent pas mieux. Malachie fait leur procès sans ménagement : Car c'est aux lèvres du prêtre de garder le savoir et c'est de sa bouche qu'on recherche l'enseignement ; il est messager du SEIGNEUR des Armées. Mais vous vous êtes écartés de la voie vous en avez fait trébucher beaucoup par l'enseignement. Jérémie est tout aussi sévère à leur égard : Les prêtres n'ont pas dit : Où est le SEIGNEUR? Ceux qui détiennent la Loi ne m'ont pas connu, les pasteurs ont commis l'iniquité envers moi. (Ml 2, 7-8 [hébreu]; Jr 2, 8 [hébreu]).

9. Quant aux prophètes, privés de visions, ils s'en inventent, au point que Dieu les stigmatise, en ces termes : Je vais m'en prendre à ceux qui prophétisent des songes mensongers, oracle du SEIGNEUR, qui les racontent et égarent mon peuple par leurs mensonges et leur vantardise. Moi, je ne les ai pas envoyés, je ne leur ai pas donné d'ordres, et ils ne sont d'aucune utilité à ce peuple, oracle du SEIGNEUR. (Jr 23, 32 [hébreu]).

10. Tous ces reproches nous ‘atteignent'. C'est à nous qu'il est dit : Si tu vois un voleur tu fraternises, tu es chez toi parmi les adultères. C'est à nous encore - qui envions les arrogants et confondons les trésors de bonté de Dieu avec l'impunité -, qu'Il adresse ce reproche : Tu m'as oublié, tu n'as pas fait attention à moi. Mais moi, n'est-ce pas, je me taisais depuis longtemps, c'est pourquoi tu ne m'as pas craint. (Ps 50, 18 [hébreu]; Ps 73, 3 [hébreu]; Rm 2, 4; Ez 23, 35 [hébreu]; Is 42, 14 [hébreu]; Is 57, 11 [hébreu]).

11. Il ‘atteint' la Chrétienté, ce cri de l'Époux bafoué : Intentez un procès à votre mère, intentez-lui un procès! Car elle n'est pas ma femme, et moi je ne suis pas son mari… Leur mère s'est prostituée, celle qui les conçut s'est déshonorée; elle a dit : Je veux courir après mes amants qui me donnent mon pain et mon eau, ma laine et mon lin, mon huile et ma boisson. (Os 2, 4.7) [hébreu].

12. Les prétendus discerneurs des signes des temps ne sont pas davantage épargnés par les reproches divins : Ainsi parle LE SEIGNEUR contre les prophètes qui égarent mon peuple : S'ils ont quelque chose entre les dents, ils proclament : Paix. Mais à qui ne leur met rien dans la bouche, ils déclarent la guerre. (Mi 3, 5) [hébreu].

13. Et c'est encore nous qu'il vise, lorsque nous repoussons les vrais témoins pour écouter les « démago-prophètes » : Car c'est un peuple révolté, des fils menteurs, des fils qui refusent d'écouter la Loi du SEIGNEUR, qui ont dit aux voyants : Vous ne verrez pas, et aux prophètes : Ne nous annoncez rien de clair. Dites-nous des choses agréables, ayez des visions trompeuses. Éloignez-vous du chemin, écartez-vous du sentier, ôtez de devant nous le Saint d'Israël! (Is 30, 9-11) [hébreu].

14. C'était déjà notre propre refus des avertissements divins, que stigmatisait par avance Michée, en ces termes : Ne vaticinez pas, vaticinent-ils, qu'on ne vaticine pas ainsi! Les opprobres ne nous atteindront pas. Est-ce ainsi qu'on parle à la maison de Jacob? Le SEIGNEUR aurait-il perdu patience? Est-ce là sa manière d'agir? Mes paroles ne sont-elles pas favorables pour qui se conduit bien? (Mi 2, 6-7) [hébreu].

15. Et malheur au croyant trop sûr de sa science, ou de sa propre justice, ou des deux à la fois. Le jugement de Paul sur ses contemporains l''atteindra' immanquablement : Toi qui te flattes d'être le guide des aveugles, la lumière de qui marche dans les ténèbres, l'éducateur des ignorants, le maître des simples, parce que tu possèdes, dans la Loi, l'expression même de la science et de la vérité... Eh bien, l'homme qui enseignes autrui, tu ne t'enseignes pas toi-même! Tu prêches de ne pas dérober, et tu dérobes! Tu interdis l'adultère, et tu commets l'adultère! Tu abhorres les idoles, et tu pilles leurs temples! Toi qui te glorifies dans la Loi, en transgressant cette Loi, c'est Dieu que tu déshonores! (Rm 2, 19-23).

16. Plaise à Dieu que nous prenions enfin conscience qu'elle 'tombe' sur des chrétiens de cette espèce, la terrible accusation de l'Apôtre : À cause de vous, le nom de Dieu est blasphémé parmi les nations, dit l'Écriture! (Rm 2, 24; et cf. 2 P 2, 2; Is 52, 5 [hébreu], dans la version grecque dite des « Septante »).

17. Il nous 'atteint', cet avertissement de l'Apocalypse : Je connais ta conduite, tu passes pour vivant, mais tu es mort. Réveille-toi, ranime ce qui te reste de vie défaillante! Non, je n'ai pas trouvé ta vie bien remplie aux yeux de mon Dieu. Allons! rappelle-toi comment tu accueillis la parole; garde-la et repens-toi. Car si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, sans que tu saches à quelle heure je te surprendrai. (Ap 3, 1-3).

18. Quant aux chrétiens qui, comme le sel de la parabole du Christ, se sont affadis et risquent de n'être plus bons qu'à être jetés dehors et foulés aux pieds, le Seigneur, dans sa miséricorde, les met en garde : Voici que je viens comme un voleur : heureux celui qui veille et garde ses vêtements pour ne pas aller nu et laisser voir sa honte. (Mt 5, 13; Ap 16, 15).

19. Car elle est proche, aux portes, l'épreuve qui va fondre sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Si nous voulons être de ceux qui, à la fin des jours, reviendront au SEIGNEUR leur Dieu et obéiront à Sa voix, nous devons croire que la parole lancée par le SEIGNEUR contre Jacob - le peuple juif- est tombée sur Israël - la chrétienté. En vérité, c'est à nous, AUJOURD'HUI, que s'adresse Moïse quand il dit : Dans ta détresse, toutes ces paroles t'atteindront! (Ap 3, 10; Os 3, 5 [hébreu]; Is 9, 7 [hébreu] ; Dt 4, 30 [hébreu]).


© convertissez-vous.com


21-10-2005 | Commentaires (0) | Public
voirAjoutez votre commentaire

Identification
Pseudo
 
Mot de passe

Mot de passe oublié ?
S'inscrire à ce site
Étudier
Calendrier
<< décembre 2018 >>
dim lun mar mer jeu ven sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31