Recherche

Mot-clé sur le site

Avec Google

Google :
Exhorter
<< Allégorie, allégorique Deutérocanonique >>

Apocatastase
Imprimer Imprimer
> Envoyer cette page

 

 

Apocatastase ; Qu’est-ce que l’apocatastase ? ; Le mystère de l’apocatastase ; Annonces eschatologiques à caractère apocatastatique ; Situations apocatastatiques dans le Nouveau Testament ; Paraboles à caractère apocatastatique: La vigne, le Christ et le Royaume ; Gestes et déclarations du Christ à caractère apocatastatique ; Modalités de l’accomplissement du dessein divin sur les Juifs et les chrétiens, à l’approche de la Fin des Temps ; etc.

 

Du grec apokatastasis. Terme dont il n'existe pas d'équivalent satisfaisant dans nos langues modernes.

Sa signification varie selon les contextes.

Dans les transactions commerciales, il s'emploie au sens de rétablissement ou solde de comptes, acquittement d'un engagement financier.

Au sens métaphorique, il connote le rétablissement dans une fonction ou une situation antérieure, un retour bénéfique de fortune, la restitution d'un dû, la restauration d'un ordre primordial. 

C'est dans ce dernier sens qu'il est utilisé, une seule fois, dans le Nouveau Testament, en Ac 3, 21.

Voir : "Qu'est-ce que l'apocatastase ?".

 

© rivtsion.org

 

Excursus de D. Saurel :

Le mot apocatastase n'apparaît qu'une seule fois dans la Bible, aux Actes des Apôtres, où l'on peut lire:

            "Il enverra alors le Christ qui vous a été destiné, Jésus, celui que le ciel doit garder jusqu'aux temps de l'apokatastasis pantôn dont Dieu a parlé par la bouche de ses saints prophètes" (Actes des Apôtres, 3.21).

            Cette phrase est issue d'un discours que Saint Pierre fit au peuple juif devant le portique de Salomon du Temple de Jérusalem, quelques temps après la Passion de Jésus. Dans la traduction qu'en donne la Bible de Jérusalem, les deux mots grecs apokatastasis pantôn sont traduits en français par restauration universelle. Ce choix de traduction efface hélas les nuances de sens du grec sous une terminologie globalisante.

            Tout d'abord, le mot pantôn peut être érigé en "Tout" cosmologique avec une majuscule ou bien servir de simple mot de liaison dans la phrase avec la traduction suivante: "...tout ce dont Dieu a parlé".

            Ensuite, le mot apokatastasis peut selon l'ensemble de la phrase être dé-formé soit en res-tauration ou en ins-tauration, soit encore en ré-tablissement ou en é-tablissement. De telle sorte que la phrase pourrait se traduire soit par: "jusqu'aux temps du rétablissement du Tout, dont Dieu a parlé", soit par: "jusqu'à l'établissement de tout ce dont Dieu a parlé par ses prophètes".

            On admettra aisément que la différence est de taille.

            La première traduction induit un mouvement cyclique de ce qui doit être réalisé, cela ayant été et devant être finalement à nouveau. Le mot apokatastasis appelle cette notion de cycle, de retour à la normale, de rétablissement, car en grec le mot en question désigne en effet le rétablissement du malade, le retour des otages dans leur cité d'origine, l'alignement des astres sur leur position de départ. Quant à la portée de la récapitulation du cycle, l'addition du mot "Tout" implique évidement que ce ré-tablissement du "Tout" sera une restauration universelle. Ainsi toute chose ayant été créée bonne par Dieu, toute chose redeviendra à la fin des temps bonne.

            Tout à fait différemment, la deuxième traduction part d'une transcription plus liée de l'ensemble des mots de la phrase. Le sens de la phrase est plus cohérent dans l'organisation de ses éléments au niveau syntaxique. Du reste, le verset 18 du même discours de Saint Pierre suggère une telle traduction, où il est retranscrit du grec de la façon suivante: "Dieu a ainsi accompli ce qu'il avait annoncé d'avance par la bouche de tous les prophètes, que son Christ souffrirait" (Actes des Apôtre, 3.18). On aurait alors une parenté de construction et de signification entre les versets 18 et 21:

            - le verset 18 faisant part d'un "accomplissement de ce que Dieu avait annoncé par la bouche de tous les prophètes"

            - et le verset 21 d'une "réalisation intégrale de tout ce dont Dieu a parlé par ses prophètes".

            Il va sans dire que cette deuxième traduction invalide toute idée d'une restauration universelle. Elle témoigne tout du moins d'un nouveau règne de Dieu sur Sa création, mais sous une forme qui ne sera pas nécessairement identique à la première. De plus, cet établissement du règne de Dieu, pour être une chose nouvelle, doit apparaître dans sa singularité pour la première fois...



15-11-2005 | Commentaires (0) | Public
voirAjoutez votre commentaire

Identification
Pseudo
 
Mot de passe

Mot de passe oublié ?
S'inscrire à ce site
Étudier
Calendrier
<< avril 2017 >>
dim lun mar mer jeu ven sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30