Recherche

Mot-clé sur le site

Avec Google

Google :
Exhorter
<< Elie vient-il d'abord, comme semble...  

Bref florilège de citations des Pères à propos du retour eschatologique d’Elie, M. Macina
Imprimer Imprimer
> Envoyer cette page

 

 

 

L'Apocalypse (non canonique) de Pierre parle du retour futur d'Israël, dans un texte malheureusement lacunaire :

 

«Et quand ils rejetteront [l'Antichrist], il tuera avec son épée, et il y aura de nombreux martyrs. Alors, les bourgeons du figuier, c'est-à-dire la maison d'Israël, sortiront : beaucoup recevront le martyre de sa main. Hénoch et Elie envoyés pour leur apprendre que c'est le Trompeur qui viendra dans le monde et qui fera des signes et des miracles pour tromper. Et alors, ils mourront de sa main et seront martyrisés et seront reconnus parmi les bons et vrais martyrs qui ont plu à Dieu pendant leur vie. »

 (New Testament Apocrypha, vol. 2, édit. W. Schneemelcher, Westminster Press, Philadelphia 1963, p. 669).

 

 

Hippolyte de Rome (170-236) prévoit la conversion du peuple juif, à la fin des temps. S'appuyant sur la prophétie des soixante-dix semaines de Daniel, il écrit :

 

«[Daniel] a donc voulu prédire la dernière semaine d'années, à la fin du monde. Les deux prophètes, Hénoch et Élie, en occupent la moitié et incitent sans aucun doute à la pénitence le peuple juif et toutes les nations.»

(HIPPOLYTE DE ROME, De l'Antéchrist, 43, dans Patrologia Graeca X, col. 762; cf. Dn 9, 24-27).

 

 

Victorin de Poetovio (ou de Pettau, mort vers 304), lie, lui aussi, la conversion des Juifs au retour d'Élie et à la prophétie de Malachie :

 

«[Saint Jean] nomme le prophète Élie, qui doit précéder le temps de l'Antichrist pour rétablir les églises et les stabiliser après une intolérable persécution. C'est dans la perspective de l'Ancien et du Nouveau Testament que nous lisons ces choses. Le Seigneur dit, en effet, par Malachie : Voici que je vous envoie Élie le Tishbite pour tourner le cœur de l'homme vers son prochain, c'est-à-dire vers le Christ, par la pénitence. Tourner les cœurs des pères vers leurs fils : c'est-à-dire, au temps de l'appel, rappeler les Juifs vers le peuple qui leur a succédé. Et c'est pourquoi il montre même le nombre de ceux des Juifs qui croiront, et la grande multitude venue des Gentils. »

(Commentaire de l'Apocalypse, VII, édit. Haussleiter, Vienne 1916. C.S.E.L. 49, pp. 54-55; cf. Ml 3, 23 ss.).

 

On trouve encore, chez le même Victorin de Poetovio, une interprétation surprenante de l'identité des cent quarante-quatre milliers qui suivent l'Agneau partout où il va :

 

«Ce sont des Juifs qui, aux derniers temps, viendront à la foi par la prédication d'Élie, et pour lesquels l'Esprit se porte garant, non seulement à cause de la virginité de leur corps, mais à cause de leurs paroles.»

(ID, Ibid., XX, 1, C.S.E.L., p. 140; cf. Ap. 14, 1.4).

 

 

Augustin (mort en 430) prévoit la conversion future d'Israël :

«Que, par ce grand et admirable prophète Élie, la loi doive être exposée aux Juifs, aux derniers temps, avant le jugement, et que les Juifs doivent croire au vrai Christ, c'est-à-dire au nôtre, (cette idée) est très répandue dans les paroles et le cœur des fidèles.»

(SAINT AUGUSTIN, La Cité de Dieu, XX, 29; cf. aussi XX, 30, 3).

 

 «En ces jours-là, les Juifs, ceux qui doivent voir l'Esprit de grâce et de miséricorde, se repentiront d'avoir insulté le Christ dans sa Passion, lorsqu'ils le verront venir dans sa majesté, et qu'ils le reconnaîtront, lui dont leurs parents ont d'abord raillé l'humilité ; mais leurs parents, les auteurs d'une telle impiété, en ressuscitant, le verront ; ils seront déjà punis, mais pas encore châtiés… Cependant, ceux qui doivent croire, en ce temps-là, par l'intermédiaire d'Élie, viennent de leur lignée […] C'est pourquoi nous apprenons que [les événements] suivants arriveront lors de ce jugement, ou tout proches de lui : [la venue d']Élie le Tishbite, la foi des Juifs, la persécution de l'Antéchrist, le jugement du Christ, la résurrection des morts, la résurrection des bons et des méchants, la conflagration du monde et sa rénovation.»

(ID, Ibid., XX, 30, 3, 5; Cf. Za 12, 10).

 

 

Hilaire de Poitiers (315-367) rattache directement la conception du salut d'Israël à la fin du monde, à la venue d'Élie et à l'accomplissement de la prophétie de Malachie :

 

«[Le Christ] leur répond qu'Élie reviendra pour restaurer toutes choses, c'est-à-dire pour appeler de nouveau à la connaissance de Dieu ce qu'il trouvera d'Israël. Ces paroles signifient que Jean est venu dans la puissance et l'esprit d'Élie… De même qu'une partie des Juifs a cru par les apôtres, de même une partie croira par Élie, et elle sera justifiée par la foi.»

(Commentaire sur saint Matthieu, XVIII, 4, 5; cf. Mt 17, 11; Lc 1, 17).

 

 

D'après Diodore de Tarse (mort vers 380), seuls seront sauvés, en Israël, ceux qui répondront à l'appel d'Élie. Le 'tout Israël' de saint Paul ne désigne pas l'ensemble du peuple juif, mais

 

«ceux [des Juifs] qui seront appelés par Élie, ou ceux qui, rassemblés par lui, alors qu'ils seront dispersés dans le monde, voudront venir à la foi.»

(K. Staab, Pauluskommentare aus der griechischen Kirche, Münster 1933, p. 104; cf. Rm 11, 26).

 

 

Jérôme (342-420), pour sa part, rapporte - avec un scepticisme qui en dit long sur le peu de cas qu'il en fait - l'opinion suivante :

 

«Les Juifs et les hérétiques judaïsants pensent qu'Élie doit venir avant leur Messie, et qu'il rétablira toutes choses.»

(Commentaire sur Malachie, III, IV, 5-6).

 

 

Pour Cyrille d'Alexandrie (mort en 444), Israël se convertira à la fin des temps. Dans son commentaire sur la Genèse, après avoir cité la prophétie de Malachie, il commente :

 

«Celui-ci (Élie), lorsqu'il viendra, ramènera l'intraitable Israël, ainsi qu'il convient, il le sortira de la longue colère [de Dieu], il le rendra ami du Christ, et en paix avec lui.»

(Glaphyres sur la Genèse, V, 3).

 

 

L'évêque nestorien, Ishodad de Merv (IXe s.), rapporte le commentaire suivant de Théodore de Mopsueste (350-428) :

 

«Rappelez-vous, dit [Malachie], et n'oubliez pas la Loi que je vous ai imposée par l'intermédiaire de Moïse, [et] dont le tout premier signe qu'elle est observée est que vous accueilliez le Christ qui y est attendu, quand il apparaîtra pour votre salut et [celui] de tous [les hommes]. Mais parce que, même au moment de son apparition, vous montrerez votre incrédulité, je vous enverrai, avant sa seconde venue du ciel, Élie le Tishbite, pour unir entre eux les divisés.»

(Commentaire d'Iso‘dad de Merv sur l'Ancien Testament. VI. Psaumes, traduit par C. Van den Eynde, éd. Peeters, Louvain 1981, p. 179).

 

 

L'évêque Théodoret de Cyr (393-466) adopte, lui aussi, le schéma malachien du retour d'Élie. Mais, assez curieusement, c'est à propos du chapitre 11 de l'Épître aux Romains qu'il commente :

 

«Et l'Apôtre affirme plus vigoureusement le salut futur des Juifs, grâce à Élie le Tishbite.»

(Commentaire sur Ézéchiel, XLVIII).

 

Le même Théodoret écrit encore, en se basant sur Malachie:

 

«La cécité a frappé une partie d'Israël jusqu'à l'entrée de la totalité des païens, et ainsi tout Israël sera sauvé […] (Saint Paul) exhorte à ne pas désespérer du salut des autres [la partie qui n'est pas sauvée]. En effet, après que les Gentils auront reçu la prédication, ceux-là même [les Juifs] croiront, quand le grand Élie sera venu et leur aura apporté la doctrine de la foi… Le témoignage du prophète l'établit.»

(Commentaire sur l'épître aux Romains, XI, 25. Cf. Rm 11, 25).

 

 

Dans son commentaire sur le Livre de Daniel, l'évêque nestorien, Ishodad de Merv (IXe s.), rapporte la tradition suivante :

 

«Théodoret dit que ces trois ans et demi [de Daniel 12, 12] constituent le temps où régnera l'Antéchrist, à la fin, et les quarante-cinq jours [représentent le temps] à partir [du moment] où l'homme de perdition sera condamné et qu'Élie triomphera et détournera tout homme [de l'Antéchrist], admonestera les Juifs et prêchera Notre-Seigneur, jusqu'à ce que Notre-Seigneur apparaisse du ciel.»

(Commentaire d'Iso‘dad de Merv sur l'Ancien Testament. V. Jérémie, Ézéchiel, Daniel, traduit par C. Van den Eynde, éd. Peeters, Louvain 1972, p. 153).

 

 

Commentant à nouveau Malachie, Théodoret de Cyr écrit :

 

«(Malachie) nous enseigne donc que, lors des entreprises de l'Antichrist, apparaîtra le grand Élie, qui proclamera aux Juifs l'avènement du Seigneur et en convertira beaucoup. C'est ce que signifie, en effet : Il ramènera le cœur du père vers le fils (cf. Ml 3, 23), c'est à dire [il ramènera] les Juifs à ceux qui étaient destinés à croire parmi les nations […] C'est en raison de leur incrédulité qu'ils se sont avérés les derniers. Mais quand ils croiront, par le grand Élie, [les Juifs] seront assimilés à ces nations qui se sont saisi du salut qui leur était envoyé, et ils seront consommés en une seule Église. »

(Commentaire sur Daniel, Patrologia Graeca, vol. 81, col. 1533. Cf. Daniel 12, 1).

 

 

Dans son commentaire de l'Épître aux Romains, Ishodad de Merv, déjà cité, rapporte une autre tradition, anonyme cette fois, concernant Élie et le peuple juif :

 

«Quel est donc le mystère? Cet endurcissement de cœur est survenu à Israël pour un temps. Il veut dire qu'ils [les Juifs] ne resteront pas indéfiniment étrangers à Dieu, mais un temps viendra où ils confesseront la vérité, quand tous les hommes auront reçu l'enseignement de la religion. En fait, il annonce le temps de l'avènement d'Élie. Et qu'en résultera-t-il ? Alors tout Israël sera sauvé, c'est-à-dire tous les Juifs qui ont, par nature, affinité de race avec Israël. Alors, dit-il, en ce temps-là, [les Juifs] retourneront à Élie comme à leur prophète, et, par son entremise, ils s'approcheront de la foi au Christ.»

(The Commentaries of Ishodad of Merv bishop of Haddata, ed. M. D. Gibson, in (Horae Semiticae(, Vol. V, Part II, transl. p. 17; cf. Rm 11, 25-26).

 

 

 

* Cette anthologie est un abrégé de celle que j’ai réalisée dans mon article : M.R. Macina, "Le rôle eschatologique d’Elie le Prophète dans la conversion finale du peuple juif. Positions juives et chrétiennes à la lumière des sources rabbiniques et patristiques", Proche-Orient Chrétien, t. XXXI (1981), pp. 71-99. Les citations peuvent être reproduites à condition de mentionner le dit article.



15-01-2006 | Commentaires (0) | Public
voirAjoutez votre commentaire

Identification
Pseudo
 
Mot de passe

Mot de passe oublié ?
S'inscrire à ce site
Étudier
Calendrier
<< février 2019 >>
dim lun mar mer jeu ven sam
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28